Tours (France)


09.08.21 - Guillaume - 716lavie
- Infos Pratiques -

Y venir

On est venu en voiture, compter 3h plutôt que 2h30 depuis Paris lorsque c’est un peu chargé ou qu’il y a comme nous un souci sur la route. Sinon Tours est à seulement 1h30 de Paris en TGV.

Sur Place

Evidemment on fait la plupart des choses à pied mais enfin si on veut aller au jardin botanique puis revenir pour voir autre chose, le bus s’avère quasi-indispensable. Or on a trouvé la location de vélos et les transports en commun assez galère. Pour les vélos c’est dommage, pourtant il y a un maire écolo désormais : la ville se prête magnifiquement au vélo, elle est plate, en bord de Loire et il y fait plutôt bon, mais pas de vélo public, velociti est seulement pour les abonnés au mois. Sinon il faut louer les vélos en bord de Loire et c’est pas donné et puis c’est plus pour faire une balade d’une demi-journée que pour vadrouiller en ville.

Pour le bus, là aussi bizarre. Il fallait acheter via un QR code dans le bus, ça ne marchait pas bien. Sinon pas possible d’acheter un ticket à l’unité aux arrêts de bus ou dans le bus.

- Le résumé -

Tours fait partie des ces villes de France ultra connues dont on se dit qu’il faudrait les visiter mais encore faut-il trouver l’occasion et se décider. En attendant, on n’arrête pas de rencontrer des gens qui connaissent la ville donc ça finit par mettre un peu la pression. Comme j’avais découvert le restaurant la Vieille Tour à Cellettes près de Blois et un peu la région autour, j’ai eu envie de pousser plus à l’ouest en allant à Tours.

Nous avons passé un super moment, seulement 24h mais riches, il a fallu fouiller un peu question restos car il y en a beaucoup et peu sont convaincants, mais on a rencontré des gens sympas, beaucoup et dans différents endroits et il se dégage un charme de cette ville au bord de la Loire, un bon compromis entre une terre riche et l’Atlantique qu’on devine déjà (beaucoup de crêperies).

Voilà c’est un article sans prétention, l’idée est de retranscrire les bons plans (résultat d’un looooong travail en amont et de beaucoup d’énergie sur place comme d’hab’) et d’illustrer avec pas mal de photos. Si vous voulez tout savoir sur l’Histoire de Tours, je vous invite à googler en revanche. Je ne peux pas tout faire non plus.

- Hôtels -

Hôtel du Manoir
2 Rue Traversière
le site

Je ne sais pas s’il plaira à tout le monde mais c’est exactement le type d’hôtel que je recherche pour une nuit dans une ville de province : un tarif de 80 euros la nuit, je n’ai pas pris le petit déjeuner car pas convaincu, il est situé dans une demeure au calme dans un coin résidentiel mais à 5 minutes à pied de la cathédrale Saint-Gatien. Les chambres sont petites mais bien disposées, demandez en revanche bien à avoir une chambre sur cour car vous serez totalement au calme. On avait demandé longtemps à l’avance une chambre au 2ème et au dernier moment on nous a mis au 1er sans nous avoir prévenu avant parce que le client du 2ème aurait souhaité rester une nuit de plus. Bon pour une nuit, ça passait crème.

- Evènements -

La Riche

Festival en attendant l’Eté au Château de Plessis
le site

Un chouette festival qui se déroule les week-ends de juillet, un cadre très sympa en plein air à 3 bornes de Tours avec des concerts et une buvette très bien achalandée (j’en parle dans la partie “Lieux” ci-dessous consacrée au Château de Plessis).

Saint-Paterne-Racan

Festival Les Clartés Musicales à l’Abbaye de la Clarté Dieu
le site

Il a lieu en juillet à 40 bornes de Tours dans un cadre de rêve et y a du bon vin nature et des concerts, j’ai besoin d’en rajouter?

 

- Lieux -

Tours

La cathédrale Saint-Gatien
le site

 

Musée du compagnonnage
1 square Prosper Mérimée
le site

Je recommande ce musée qui retrace bien l’histoire du compagnonnage en France et qui expose aussi de nombreux objets réalisés par des compagnons. Il y avait lorsque j’y étais une expo sur les chefs d’oeuvre ou travaux de réception qui sont la réalisation effectuée par les compagnons afin de couronner leurs années de formation.

Hôtel Goüin
25 Rue du Commerce
le site

Nous sommes entrés par hasard ici tout simplement parce qu’on trouvait le bâtiment magnifique et on a eu la chance de découvrir qu’il s’agissait d’une galerie d’exposition à l’entrée gratuite, la dame à l’accueil nous a d’ailleurs dit que même des Tourangeaux ignoraient cet aspect galerie du lieu.

 

Jardin botanique 
33 Bd Tonnellé
le site

Paroisse Orthodoxe Roumaine Saint Nectaire
le site

 

Eglise Saint-Julien 
20 Rue Nationale

 

Basilique Saint-Martin de Tours
7 Rue Baleschoux
le site

 

Le Centre Dramatique National de Tours – Théâtre Olympia
7 Rue de Luce
le site

La galerie “J’ai deux amours” de Fabrice Métais et Clotilde Barcat
3, rue du Petit-Saint-Martin
le site

L’artiste- peintre et la créatrice d’objets d’art proposent leurs travaux ensemble dans un même lieu.

Saint-Pierre des Corps

L’atelier de Diego Movilla et Sanjin Cosabic
34, rue de la Morinnerie

Visites d’atelier sur rdv. “Des artistes fabuleux” dixit Rubin Steiner. Je n’ai pas eu le temps d’y aller, c’est à 2,5 kms à l’ouest du centre de Tours.

La Riche

Le château de Plessis
le site

Grâce à Rubin Steiner, artiste de musiques éléctroniques Tourangeau, qui nous l’a recommandé – ainsi que d’autres bons plans culturels -, nous avons été mis au courant du festival “En attendant les beaux jours” qui se tient en juillet. On y a passé une très belle soirée en plein air avec sûrement la buvette de festival la mieux fournie que j’ai jamais vue (parmi la liste des fournisseurs il y avait bon nombre de recommandations qu’on m’avait faite), de la bonne musique (notamment le groupe Tiger Tigre) et surtout une super foule, assez bigarrée mais très bon enfant et ça, ça fait du bien. En revanche pour y aller sans voiture ni vélo depuis Tours c’est galère, il y a 3,5 bornes, c’est en fait derrière le jardin botanique.

- Restaurants -

Tours

Chez Gaster
27 Rue Colbert

C’est un pote qui me l’avait conseillé car il y avait mangé la semaine avant notre venue. J’avais ensuite vu que c’était dans le Fooding, avais lu des avis plus ou moins bons, notamment critiques sur les quantités et les prix. Il est vrai que les plats à 23 euros le soir, sur les photos tout du moins, me paraissaient un peu chers; j’avoue de toutes façons dépenser rarement 23 euros dans un plat. Bref, le formule du midi nous paraissait bien plus adaptée à nos envies et notre budget et la bonne nouvelle c’est qu’elle marchait aussi le samedi. 18 euros entrée-plat-dessert c’est ça qu’on aime. Par ailleurs le pote en question m’avait vanté leurs très bonnes quilles vendues pas chères sur place, par exemple le Tavel à 36 alors qu’il est à 35 en cave à Paris. Effectivement outre le menu qui était bien troussé en mode bistronomie gourmande et classique (salade d’haricots verts et émincé de boeuf, échine de porc et purée de pois cassés, compote de pêches à la verveine et mousse yaourt et on a rajouté une assiette de fromages), on a trippé sur les conseils en vins. Le gars était à l’image de ce qu’on a vu à Tours, très connaisseur, absolument pas poseur, animé par une vraie envie de faire kiffer avec du bon et à prix doux. On lui en a parlé et il a même argumenté : vendre excessivement cher des vins de vignerons talentueux, ce n’est ni respecter le travail, ni leur rendre service car on dénature l’esprit dans lequel ces vins ont été faits. On a commencé avec un verre de chenin de Benoît Courault (nature, sans chimie aucune, avec un cheval de trait). Les verres ne sont pas forcément donnés car tous à 6, vu le prix de la bouteille vaut mieux filer là-dessus, on est donc parti sur les conseils du serveur sur un rouge (grolleau-cabernet franc) de Courault toujours, Ephémère. C’était bon mais cela ne collait pas avec l’échine de porc à notre goût car trop direct là où le plat était gras et appelait une certaine rondeur, je lui ai fait le retour gentiment, juste histoire d’échanger sur le vin, sympa il nous l’a comptée à emporter (15 euros) alors qu’on n’avait rien demandé de particulier. Le café est à 2 euros ce qui est totalement donné. J’ai discuté un peu avec le chef qui est aussi le patron et qui fumait sa clope dehors, sympa.

 

Les Bartavelles
33 Rue Colbert
le site

Restaurant chic et classique juste à côté de chez Gaster, apparemment on y mange bien mais l’ambiance y est un poil guindée.

Crêperie Bilien
46 Rue Colbert
le site

Rare que je sois tenté par des crêperies ailleurs qu’en Bretagne (et encore), il y en a pas mal à Tours mais les photos des crêpes de celle-ci m’ont paru sérieuses sérieuses.

Pizzeria Chez Pia
9 rue de Châteauneuf

Probablement la seule pizzeria de Tours qui propose des pizzas de type napolitaines.

Fondettes

L’Opidom
4 Quai de la Guignière
le site

Jérôme Roy est revenu dans sa région natale après avoir obtenu une étoile avec le Couvent des Minimes à Mane. Parti de zéro et sans rien chercher, il l’a obtenue à nouveau pour cette nouvelle adresse après seulement 9 mois d’ouverture et ce, en pleine période de covid. Je l’ai choisi sans savoir cette histoire d’étoile au départ mais parce que les plats me parlaient. Je l’ai trouvé parmi cette très bonne sélection de Julien au Beurre.

Montlouis-sur-Loire

Le Berlot
2 Pl. François Mitterrand

Resto contemporain type bistronomie Fooding, d’ailleurs il est dedans.

- Gastronomie -

Evidemment du fromage de chèvre, un Sainte Maure et un rond affiné, tous deux trouvés au marché place Velpeau le dimanche matin

- Bars -

Dame Jeanne
111 Rue Colbert

Le bar à vins nature (c’est le même esprit que la Cav’Par 3) situé sur la rue de tous les restos.

Les 3 guinguettes

Je n’y suis pas allé mais on a pris des Tourangelles en auto-stop qui nous les ont conseillées. Il y a 3 guinguettes parmi lesquelles elles nous ont conseillé celle de Tours Plage, plus chill, de l’autre coté de la Loire

Sister Rosa
130 Rue Colbert

C’est un bar tout à fait lambda question sélection des boissons mais on a sympathisé avec le patron qui mangeait à côté de nous au déjeuner chez Gaster. On est donc venu lui dire bonjour le soir et l’ambiance est assez sympathique, notamment à cause de ce jeune patron qui travaillait autrefois dans la banque et a choisi de mener une autre vie mais aussi de sa terrasse dans la rue Colbert, principale artère commerçante.

- Magasins -

Librairies

La librairie Le Livre
24 Place du Grand Marché
le site

La librairie La Boîte à Livres
19 Rue Nationale
le site

La librairie d’occasion le Bibliovore
91 Rue Colbert
le site

 

- Musique -

Disquaires

Madison Tours
135 rue Colbert

J’y ai trouvé des vinyls sympas, pas chers, pas fous mais sympas, le gars a une bonne variété (rock beaucoup mais aussi electro/triphop/groove), j’ai l’impression qu’il y a plus de chances de trouver un disque surprise ici pas trop cher qu’à Passepasse store qui a une collection plus pointue groove/electro/hiphop/jazz/latino avec par conséquents les prix habituels pour ce genre de références.

Passepasse store
4 rue des Trois Pavés Ronds
le site

Le magasin est top avec une grosse collection de ghetto blaster et également des bacs occasion.

- Alimentation -

Cavistes

22 sur Vins
22 Rue Néricault Destouches
le site

J’avais repéré ce caviste et on y est allé le dimanche matin 10 minutes avant l’ouverture. Très vite un client est arrivé et a tapé la bavette avec vous. Il avait quitté la région parisienne il y a 20 ans et était devenu un amoureux inconditionnel de Tours depuis. Ensuite un des deux patrons est arrivé, a ouvert le magasin, les deux étaient amis et ça se vannait non stop. Puis un couple est arrivé et on a compris que c’était le rendez-vous dominicale de la bande. Chacun avait sa propre tasse de café dans la réserve, le monsieur arrivé le premier avait apporté une brioche et hop, petit-déjeuner chez le caviste. J’ai beaucoup aimé son approche du vin, pointue mais sans snobisme, passionnée et simple. Parfait pour moi qui cherche à approfondir ma connaissance du vin en général et de ce terroir en particulier. Je suis reparti avec les vins ci-dessous, coups de coeur pour le Rocher des Violettes et le Clos des Quarterons.

Cav’Par 3
4 Rue Georges Courteline
le site

Là où 22 sur Vins propose des vins nature mais pas seulement, la Cav’Par 3 vend exclusivement du nature.

Vignerons

Je cite pêle-même des vignerons de la région élargie : Sébastien David, Xavier Weisskopf (on a adoré le Rocher des Violettes), Benoit Courault, Agnès et Xavier Amirault, Timothée Delalle, Marc Brédif, François Chidaine, Lame Delisle Boucard, Laura David.

Commerçants

On m’avait conseillé les Halles de Tours (notamment le boucher Jérome Vavasseur et le fromager Rodolphe le Meunier) mais je n’ai pas été convaincu par les Halles, du moins pas si l’on est juste de passage et qu’on cherche à rapporter quelques souvenirs. Des bouchers étaient tentants mais pour le reste j’ai trouvé ça assez cher et impersonnel. J’ai préféré aller au marché Velpeau dans le quartier Velpeau qui a encore une population un peu mixte même si cet ancien quartier ouvrier s’est évidemment bien embourgoisé. Mention pour le troquet Le Vel’Pot rue de la Fuye où on boit un bon expresso et il y a la boulangerie La Petite Marquise dans la même rue ouverte aussi le dimanche matin, jour de marché. On m’a aussi conseillé le marché Paul Bert dans le quartier du même nom qui présente une diversité sociale m’a-t-on dit.

- Photos -

Quelques photos du vieux Tours, résidentiel et calme, alors que nous marchions en directement du jardin botanique.

 

La place la plus célèbre, la place Plumereau

Nous l’avons vue le dimanche matin tôt vers 9h30, sans personne et alors que certains cafés commençaient tout juste à installer leur terrasse, je pense que c’est le bon moment.

On peut dire que la bonne vibration était bien là.

A question? A reaction? We'd love to hear your feedback!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Captcha loading...




Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.



Votre inscription est confirmée.

S’inscrire à la Newsletter









Membre de l'Office du Tourisme de Paris

Office du Tourisme et des Congrès de Paris